Page d'accueil

Festival Svizzero di Canto 2022 10.06.2022

<< en arrière

Un tour d'horizon des ateliers d'initiation au SGF 22

Chant grégorien

Mon premier arrêt me conduit chez le père Daniel Emmenegger. Il dirige la "Schola", le groupe de chant grégorien de l'abbaye d'Einsiedeln. Nous, un groupe de personnes intéressées, recevons une feuille de musique avec des notes carrées et des signes étranges au-dessus, appelés neumes, qui indiquent le déroulement de la mélodie. Nous nous essayons à l'unisson, ce qui n'est pas vraiment facile compte tenu des nombreux mélismes (ornements) et du latin. Malgré tout, nous sentons immédiatement que la simplicité de cette musique exerce une attraction particulière.

C'est avec enthousiasme que le père Daniel nous raconte sa première rencontre avec le chant grégorien, dont la simplicité l'a d'abord irrité. Mais avec le temps, c'est tout un univers qui s'est ouvert à lui. Le chant grégorien est né, nous apprend-on, aux VIIIe et IXe siècles de notre ère et est le fruit de la rencontre entre l'Europe centrale et l'Europe méridionale. Charlemagne voulait uniformiser le chant ecclésiastique et a donc envoyé des moines pour qu'ils enseignent à leurs collègues plus au nord la "bonne" manière de chanter. La rencontre ne s'est pas déroulée sans heurts, car les moines considéraient l'autre manière de chanter comme repoussante. Le résultat de cette longue confrontation a une beauté qui nous touche encore aujourd'hui et nous permet de vivre un moment de contemplation au milieu de l'agitation du festival.

 

Circle Singing

Ensuite, je m'essaie au Circle Singing. Ce n'est pas simplement, comme le nom le laisse supposer, chanter en cercle. Le Circle Singing demande de l'improvisation. L'acrobate vocal "Martin O.", qui a également réjoui le public avec son art lors de la cérémonie d'ouverture du SGF 22, nous jette directement à l'eau. Nous nous plaçons en petit groupe, en cercle, entourés des autres participants qui écoutent. Il nous distribue un bandeau pour nous aider. Il doit nous aider à aiguiser notre sensorium acoustique.

Martin O. commence par un bref pattern et les uns.es après les autres, nous chantons quelque chose de nouveau sur ce modèle. Peu à peu se développe une musique propre, qui naît entièrement de l'instant. Un défi quand on a l'habitude de chanter en chœur en suivant toujours les notes. Au bout d'un moment, nous commençons à nous référer aux modèles des autres. Il est étonnant de voir les miniatures inhabituelles qui naissent de ces courtes séquences : De la lente structure sonore méditative aux cris de la jungle, tout est possible. Le tout se termine par un grand Circle Song avec tous les chanteurs. Une expérience musicale rafraîchissante.

 

Jodel

Nous sommes assis sur nos chaises et attendons avec impatience que Nadja Räss nous accueille pour l'atelier de yodel. Et elle le fait - et comment ! Sa voix claire et puissante résonne dans un magnifique yodel naturel qui me donne instantanément la chair de poule. Un début réussi : c'est ce que les femmes aimeraient pouvoir faire ! Elle nous assure d'emblée que tout le monde peut apprendre à yodler, ce qui ne fait qu'éveiller notre enthousiasme. Nous commençons par nous échauffer, car, selon Nadja Räss, le yodel est un entraînement complet du corps. Nous découvrons notre voix de poitrine en jurant vigoureusement, chantons des notes fines en voix de tête et apprenons le changement rapide, que l'on appelle aussi un peu brutalement "coup de larynx". Entre-temps, la chanteuse, qui a suivi une formation classique à l'origine, insère régulièrement de courtes séquences théoriques dans lesquelles elle nous explique l'instrument vocal. Ensuite, nous chantons tous ensemble un yodel : une partie des chanteurs chante l'accompagnement avec des accords simples et un groupe crée la mélodie du yodel qui l'accompagne. Les harmonies circulent dans tout notre corps, une sensation intense ! Je sors comblée et pleine d'envie de découvrir ma nouvelle voix de yodel.

Pater Daniel Emmenegger

Circle Singing avec Martin O.

Nadja Räss

Isabelle Schmied (Traduction: Thierry Dagon)