Page d'accueil

Musique 27.01.2020

<< en arrière

Découvertes alphabétiques : U comme ultrachromatisme

Julian Carrillo

Aujourd’hui, la plupart des compositeurs spécialisés dans la musique chorale écrivent de la musique tonale ou modale, « à l’ancienne ». Pourtant il y a déjà plus d’un siècle, le violoniste Mexicain Julian Carrillo (1875-1965) fut le premier à s’intéresser à des intervalles plus petits que le demi-ton. En 1895 déjà, il écrit un quatuor à cordes utilisant les quarts de tons. Plus tard, il va plus loin en s’intéressant aux 16èmes de tons ! Il lui était bien sûr impossible de jouer de si petits intervalles sur son violon à l’aide seule de ses doigts. Aussi est-ce à l’aide d’une lame de couteau bougée sur la corde qu’il peut jouer de si petits intervalles. L’histoire ne dit pas combien de cordes il a coupé de la sorte !

Le très beau prélude pour guitare, en quart de tons montre très bien l’univers de couleurs nouvelles que peut apporter l’ultrachromatisme.

https://www.indiegogo.com/projects/quartertone-guitar-concert-julian-carrillo-by-a-quetzalcoatl-in-fl#/

Une autre pièce de Carrillo, son « Preludio a Colon », récemment interprété à Bâle, utilise également les micro-intervalles pour la voix. Si ce type de notes exige pour les instrumentistes l’apprentissage de doigtés spéciaux, il réclame de la chanteuse une oreille d’une acuité incroyable.

https://www.youtube.com/watch?v=kvWTYHFHW5M

Deux autres précurseurs

En 1919, le russe naturalisé français Ivan Wyschnegradsky élabore son premier projet de notation en 12èmes de tons. Mais il s’intéresse surtout à enrichir la musique pour piano avec des compositions en ¼ de tons, ce qui pose des problèmes de lutherie. Il ne suffit pas de réaccorder un piano classique, il faut un instrument spécialement conçu à cet usage. Après plusieurs tentatives qui ne furent pas satisfaisantes, la maison Förster, intéressée par ce casse-tête, réussit en 1927 à construire l’instrument idéal.

https://www.youtube.com/watch?v=tDroa5WTU34

Alois Hába, compositeur tchèque (1893-1973) écrit des œuvres de grande envergure utilisant les quarts, cinquièmes et sixièmes de tons. Il utilise ces micro-intervalles dans deux opéras : « La mère » et « Que votre règne arrive ». Loin de vouloir faire une musique conceptuelle, Hába s’inspire de la musique populaire morave, dans laquelle les micro-intervalles sont régulièrement utilisés comme ornements.

https://www.youtube.com/watch?v=RO6dGF2GZf0

Aujourd’hui

Plusieurs notations de ces micro-intervalles sont possibles et, aujourd’hui, les principaux logiciels d’écriture (Sibelius, Finale) ont adopté une écriture spécifique pour noter les quarts de ton.

Rares sont les compositeurs actuels qui font partie d’une « chapelle », comme on a pu le voir entre les années 50 et 70 du siècle passé. Aussi, bien des musiciens de tous styles emploient l’ultrachromatisme en dehors de tout dogmatisme, non comme une fin en soi, mais bien comme une couleur particulière qui, par exemple, peut être utilisée momentanément avant de revenir à un accord de do majeur.  Nous avons trouvé un exemple illustrant bien cette démarche avec une joyeuse page jazzy que nous vous offrons pour clore ce petit exposé :

https://www.youtube.com/watch?v=e_nJd4jAUpg

Thierry Dagon